Navigation – Plan du site
Articles

Goya dans l’historiographie française du xxie siècle : images et textes

Agnès Gué

Résumés

Au cours de la première moitié du xixe siècle, la France développe un intérêt pour l’art espagnol. Francisco Goya y Lucientes (1746-1828) se fait peu à peu connaître, surtout pour son recueil des Caprices, et est souvent considéré comme l’artiste espagnol par excellence. Dès la deuxième moitié du siècle, de nombreux ouvrages consacrés à l’artiste paraissent, ils sont parfois illustrés. Si Goya exerce une fascination certaine chez les historiens d’art et les critiques, il ne bénéficie pas de la même considération que Velázquez. Pourtant, après la grande exposition rétrospective organisée en mai 1900 à Madrid, Goya est progressivement réhabilité et reconnu. Cette évolution du regard est directement liée à l’historiographie de l’artiste, au sein de laquelle il ne faut pas négliger l’importance des reproductions d’œuvres, dont le nombre va souvent en s’accroissant, donnant ainsi accès à de nombreuses œuvres conservées en Espagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ilse Hempel Lipschutz, La pintura española y los románticos franceses., 1re éd., Cambridge Harvard (...)
  • 2  Recueil gravé de 80 planches publié en 1799.
  • 3  Michel Florisoone, « Comment Delacroix a-t-il connu les Caprices de Goya ? », Bulletin de la Socié (...)
  • 4  Estampes conservées au musée de l’Armée, (Paris), portefeuille Empire, no III, sur l’Espagne.
  • 5  Pourtant les quelques tableaux de Goya qui y sont exposés ne sont pas appréciés : Jeanine Baticle, (...)

1À la faveur des guerres napoléoniennes en Espagne (1808-1813), la France s’ouvre à l’art de la péninsule ibérique : des collections de peintures espagnoles sont bientôt constituées par certains officiers peu scrupuleux et d’autres personnages malhonnêtes1. Grâce à ces collections, le nom de Francisco Goya y Lucientes (1746-1828) apparaît peu à peu, et est très rapidement associé au recueil des Caprices2, dont plusieurs exemplaires3 circulent à cette époque en France. En 1824 Charles Motte publie à Paris une série de dix lithographies d’après les Caprices. Il avait déjà édité plus tôt des scènes de victoires de la campagne en Espagne4. Le goût pour l’Espagne s’accentue ensuite, comme en témoigne la création de la Galerie espagnole5 au Louvre, ouverte entre 1838 et 1848.

  • 6  I. H. Lipschutz, op. cit. note 1, p. 202, p. 232. Cependant, Murillo et Velázquez, davantage consi (...)
  • 7  F. Haskell, op. cit. note 1, p. 31-40 : dans la fresque de l’Hémicycle à l’École des beaux-arts (P (...)
  • 8  Théophile Gautier, Tra los montes, Paris, Victor Magen, 1843, p. 56.

2Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, les auteurs français – critiques d’art ou écrivains – tendent à voir Goya comme l’artiste espagnol par excellence6, sans lui accorder toutefois la même valeur qu’à Velázquez7. Pour Théophile Gautier, qui a voyagé en Espagne et eu l’occasion d’y croiser de vieilles espagnoles, les «  abominables mégères des Caprices  » sont des « portraits d’une exactitude effrayante8  » : l’œuvre de l’artiste, et ce recueil gravé en particulier, correspondent à l’image pittoresque et littéraire que les Français se font de l’Espagne. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’historiographie française sur Goya, à cette période, ait du mal à se défaire de cette vision partielle de l’artiste, connu surtout pour les Caprices.

  • 9  Charles Yriarte, Goya : sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes (...)
  • 10  Paul Lafond, Goya. Cinquante planches d’après ses œuvres les plus célèbres, Paris, Goupil & Cie, 1 (...)
  • 11  Cat. d’exp., Goya 1900. Catálogo ilustrado y estudio de la exposición en el Ministerio de Instrucc (...)
  • 12  Enrique Lafuente-Ferrari, Les Fresques de San Antonio de la Florida, Madrid, Skira, 1955, p. 9.

3Pourtant, en 1867, un ouvrage dû à Charles Yriarte prend le parti novateur de mettre davantage en lumière l’œuvre peint de Goya, notamment grâce à l’inclusion de très nombreuses reproductions, comme en atteste le titre Goya  : sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes et le catalogue de l’œuvre avec cinquante planches inédites d’après les copies de Tabar, Bocourt et Ch. Yriarte9. Il faudra attendre 1910 pour qu’un ouvrage aussi richement illustré paraisse à nouveau  : Goya. Cinquante planches d’après ses œuvres les plus célèbres10. En effet, Paul Lafond, à travers ces reproductions, se fait l’écho de l’importante exposition rétrospective de Madrid (du 13 au 25 mai 1900) qui avait révélé au public de nombreuses peintures alors méconnues11. Un changement s’amorce dès lors et on peut à ce propos citer Enrique Lafuente-Ferrari  : « C’est dans la première moitié du xxe siècle qu’on commença à considérer Goya comme un des grands créateurs de la peinture occidentale12 ».

4Comment le regard des historiens a-t-il été amené à évoluer  ? La connaissance de l’œuvre de Goya en France s’est construite largement par les textes, mais les reproductions d’œuvres ont aussi joué un rôle de premier plan.

  • 13Nigel Glendinning, Goya and his Critics, New Haven, Londres, Yale University, 1977.
    Ouvrage fondame (...)
  • 14  Jean Laurent, Catalogue des principaux tableaux des musées d’Espagne reproduits en photographie, M (...)

5En effet, l’usage des reproductions dans l’historiographie française du xixe siècle sur Goya est crucial13 et c’est en partie grâce à leur diffusion que l’artiste acquiert sa notoriété, la plupart de ses œuvres n’étant visibles qu’en Espagne14. Il faut distinguer d’une part les œuvres gravées originales – qui circulent très tôt, comme les Caprices – et d’autre part les recueils ou planches fac-similés, les reproductions dans les ouvrages et la photographie commerciale.

  • 15Helena Pérez Gallardo, « La fotografía comercial y el Museo del Prado », Boletín del Museo del Pra (...)
  • 16H. Peréz Gallardo (2011), op. cit. note 15, pp. 147-165.
  • 17  Maria Carmen Torrecillas Fernández, « Las pinturas de la Quinta del Sordo fotografiadas por Jean L (...)
  • 18Idem, ibidem, p. 60. Yriarte fait réaliser des gravures d’après des photographies pour son ouvrage (...)

6L’essor de cette dernière catégorie permet également la diffusion en France d’images de tableaux de Goya, présents dans les collections espagnoles (musée du Prado et Académie des beaux-arts de San Fernando15)  : le photographe français Jean Laurent (1816-1886), installé en Espagne, publie en 1861 son premier album sur le musée de Madrid, et en 1867 celui des tableaux de l’Académie des beaux-arts de San Fernando16. Ces reproductions étaient en vente, dès 1867, dans sa boutique parisienne. Jean Laurent photographia également en 1874 les peintures de la Quinta del Sordo, probablement avant leur restauration17. Les photographies de l’œuvre peint de Goya vont influencer l’historiographie française dans la deuxième moitié du xixe siècle et déterminer aussi le choix des illustrations (gravures ou photographies)18.

7Les reproductions, support visuel complémentaire du discours écrit, sont donc indispensables pour comprendre le processus de réhabilitation de Goya, en ce début du xxe siècle.

  • 19  Germain Bazin, Histoire de l’histoire de l’art de Vasari à nos jours, Paris, Albin-Michel, 1986, p (...)

8Pour déterminer leur importance dans l’élaboration d’une culture visuelle, il faudra s’intéresser plus particulièrement aux reproductions issues des ouvrages consacrés à l’artiste aragonais et ce sera l’occasion d’analyser quelques-uns des décalages et correspondances entre les écrits et les images d’œuvres connues alors. Nous mettrons en lumière la diffusion d’œuvres inédites dans les ouvrages de Charles Yriarte et comment la diffusion des images, plus fréquente dès la fin du xixe siècle19, devient elle-même un élément de discours autonome, contribuant à la revalorisation de l’artiste.

Correspondances et décalages entre écrits et reproductions

  • 20  Ernst Kris, Otto Kurtz, L’image de l’artiste. Légende, mythe et magie, 1re éd., Vienne, Krystall V (...)
  • 21  Laurent Matheron, Goya, Paris, Schulz et Thuillié, 1858, n. p., (p. 109-110, version pdf http://bo (...)
  • 22  Anonyme, « Peintres espagnols, Francisco Goya y Lucientes », Magasin Pittoresque, t. II, n° 41, 18 (...)
  • 23  Théophile Gautier, « Francisco Goya y Lucientes », Le Cabinet de l’amateur et de l’antiquaire, 184 (...)

9Traditionnellement, les historiens d’art considèrent l’œuvre comme « l’enfant de l’artiste20 », cette dernière devant être représentative du caractère de son créateur. Dans cette optique, les portraits ou la biographie du peintre jouent un rôle signifiant. Goya, considéré comme l’exemple même du caractère espagnol est fréquemment représenté par des gravures tirées de ses autoportraits ou du portrait peint par Vicente López (1826). Certains auteurs tentent d’y déceler les traits de son tempérament21. L’un des premiers articles français sur Goya (1834)22 reproduit le fameux autoportrait de profil des Caprices (fig. 1). Théophile Gautier dans son article de 184223, suivi du premier catalogue raisonné de l’œuvre gravé par Eugène Piot, en fait une description qui retiendra l’attention de ses successeurs. 

Fig. 1

Fig. 1

Jean-Ignace Granville, Francisco Goya, peintre espagnol, 1834, gravure sur bois - Anonyme, « Peintres espagnols, Francisco Goya y Lucientes », Magasin Pittoresque, t. II, n°41, 1834, pp. 324, 325, p. 324, Paris, Bibliothèque nationale de France.

© Bibliothèque nationale de France

  • 24  L. Matheron, op. cit. note 21, il est dédié au peintre Eugène Delacroix.
  • 25  Sur Matheron (1823-1905) : correspondance.delacroix.fr.
  • 26  E. Kris, O. Kurtz, op. cit. note 20, p. 29 et p. 52. 
  • 27  Ricardo Salamero, Valentín Carderera y Solano. Estudios sobre Goya (1835-1885), Zaragoza, Instituc (...)
  • 28  Il a écrit deux articles en espagnol ; un en 1835, où il compare la vie de Goya à celle de Cellini (...)
  • 29  L. Matheron, op. cit. note 21, p. 55.
  • 30Idem, Ibidem, p. 106 et p. 116 (note de fin d’ouvrage no 8).

10Le Goya24 de Laurent Matheron, fonctionnaire et critique d’art bordelais25, s’inscrit dans cette tendance : bien qu’on y trouve un essai de catalogue, le récit biographique est privilégié, l’ouvrage s’inscrit alors dans la tradition de l’histoire de l’art conçue comme histoire des artistes. En effet, l’auteur se plaît à raconter une multitude d’anecdotes : récits-types des biographies d’artistes26. Le style romancé de l’ouvrage rappelle le témoignage de l’érudit espagnol Valentín Carderera (1796-1880)27 qui affirme que si Goya avait écrit sa vie, elle aurait été aussi intéressante que celle de Benvenuto Cellini28. Matheron souligne à son tour  : « On l’a dit quelque part, Goya était un contemporain de Benvenuto Cellini […]. On aurait pu ajouter qu’il n’était pas moins batailleur et mystificateur que le célèbre florentin29  ». Il s’intéresse avant tout au personnage et ne parle des œuvres que de façon très générale. Toutefois il s’attarde sur les techniques employées en les décrivant précisémen  : il a pu interroger un témoin direct, le peintre Antonio Brugada qui a vécu avec Goya à Bordeaux30.

  • 31  L. Matheron, op. cit. note 21, p. 78.
  • 32  Centre de documentation du musée du Louvre. Dossier d’œuvre Ferdinand Guillemardet M. I.697 (dossi (...)
  • 33  Antoine de Nait, Les eaux-fortes de Francisco de Goya. Los Caprichos gravures fac-similé de M. Seg (...)

11Le désintérêt de Matheron pour les œuvres surprend surtout pour le Portrait de Ferdinand Guillemardet, qu’il est le premier à mentionner dans un ouvrage après que l’œuvre lui ait été signalée par Eugène Delacroix qui était un ami du fils de Guillemardet. Matheron, en effet, n’exploite pas sa découverte mais se contente de dire que Goya avait une prédilection pour ce portrait. Il n’en donne ni description ni reproduction (il n’y en a aucune dans son livre) et ajoute que Guillemardet posa « dans le costume simple et austère des grands dignitaires d’alors31 ». Ce laconisme peut s’expliquer s’il n’a pas vu l’œuvre, comme cela pourrait bien être le cas32. L’auteur insiste donc avant tout sur l’artiste, faisant ainsi écho à l’autoportrait maintes fois reproduit des Caprices, recueil qui fascine toujours autant et durablement33.

12On sait combien l’existence précoce de reproductions de cette œuvre ainsi que l’article de Gautier en 1842 furent déterminants pour la réception de Goya en France. L’écrivain cherche à retranscrire à travers sa sensibilité littéraire des planches qui acquièrent alors une notoriété comme Aun no se van (fig. 2) :

Fig. 2

Fig. 2

E. Bocourt (dessinateur), Sotain (graveur), Et encore ils ne s’en vont pas - d’après la pl. 59 des Caprices de Goya, gravure dans Charles Blanc (dir.), Histoire des peintres de toutes les écoles. École espagnole, par M.M. Charles Blanc, W. Bürger, Paul Mantz, L. Viardot et Paul Lefort, Paris, Jules Renouard, 1869, p. 1 du chap. sur Goya - Paris, bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, cote Fol D 422 OU USUEL 759 BLA

Photo © INHA, Dist. RMN-Grand Palais / image INHA

  • 34  T. Gautier, op. cit. note 23, p. 341.

 II y a surtout une planche tout à fait fantastique qui est bien le plus épouvantable cauchemar que nous ayons jamais rêvé  ; elle est intitulée  : Y aun no  se van. C’est effroyable, et Dante lui-même n’arrive pas à cet effet de terreur suffocante ; représentez-vous une plaine nue et morne au-dessus de laquelle se traîne péniblement un nuage difforme comme un crocodile éventré ; puis une grande pierre, une dalle de tombeau qu’une figure souffreteuse et maigre s’efforce de soulever. La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et des autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre, un instant déplacée : l’expression de désespoir qui se peint sur toutes ces physionomies cadavéreuses, dans ces orbites sans yeux, qui voient que leur labeur a été inutile, est vraiment tragique ; c’est le plus triste symbole de l’impuissance laborieuse, la plus sombre poésie et la plus amère dérision que l’on ait jamais faites à propos des morts34.

  • 35  Gustave Brunet, Étude sur Francisco Goya sa vie et ses travaux. Notice biographique et artistique (...)
  • 36Idem, ibidem, p. 29. Pour des reproductions de cette planche : Charles Blanc (dir.), Histoire des (...)

13L’ouvrage illustré de Gustave Brunet35, pourtant novateur dans l’usage de la photographie, témoigne de la notoriété du texte de Gautier : il préfère citer la fameuse description de Aun no se van plutôt que d’en reproduire la photographie36.

  • 37  C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 78, petite reproduction du portrait de la reine. Pour le dé (...)

14On voit donc qu’il peut exister un certain décalage entre les œuvres connues et celles qui sont reproduites. D’autres œuvres fréquemment citées, comme les portraits équestres royaux de Charles IV (fig. 3) et de Marie-Louise (exposés au musée du Prado depuis son ouverture en 1819), sont peu reproduites dans les ouvrages du xixe siècle37.

Fig. 3

Fig. 3

Francisco Goya y Lucientes, Portrait équestre de Charles IV, 1800-1801, huile sur toile, H. 3,36 ; L. 2,82 m - Madrid, musée du Prado, n° P00719

© 2015 Museo Nacional del Prado.

  • 38  C. Blanc (dir.), op. cit. note 36, Paul Lefort, « Francisco Goya », Gazette des Beaux-Arts, t. XII (...)
  • 39Idem, ibidem, p. 4, p. 7, et Paul Lefort, Francisco Goya. Étude biographique et critique suivie de (...)
  • 40  Paul Lafond, « IV-Goya peintre religieux  », La Revue de l’art ancien et moderne, t. VI, 1899, p.  (...)

15Il en est de même pour le Christ en croix (1780). Depuis 1785 cette œuvre, grâce à laquelle l’artiste est reçu à l’Académie de San Fernando, est visible dans l’église de San Francisco el Grande (Madrid). Elle est exposée au Museo de la Trinidad (1835-1836) puis au Fomento à partir d’avril 1866 et intègre le musée du Prado en 1872. Plusieurs auteurs38 font l’éloge de ce tableau religieux, genre où Goya n’excelle pourtant pas selon eux39, où le talent de l’artiste s’exprimerait de façon égale dans le dessin et le coloris. L’œuvre n’est pourtant pas reproduite avant la fin du xixe siècle40. Si elle plaît, elle fascine moins les auteurs car elle n’illustre ni l’« originalité » ni la « verve » considérées alors comme caractéristiques de Goya.

En quête d’images

  • 41  Maria Dal Falco, Charles Yriarte et l’Espagne. Le voyageur et l’historien d’art. Mémoire d’étude, (...)
  • 42  Marcus Osterwalder (dir.), Dictionnaire des illustrateurs 1800-1914, Neuchâtel, Ides et Calendes, (...)
  • 43M. Dal Falco, op. cit. note 41, p. 5.

16C’est seulement avec Charles Yriarte que l’historiographie prend une autre orientation. L’ambition de ce dessinateur et historien d’art d’origine espagnole41 est de faire connaître l’œuvre peint de Goya, jusqu’alors délaissé au profit de l’œuvre gravé. Dans son ouvrage de 1867, il donne une importance nouvelle aux reproductions d’œuvres dont on compte un nombre exceptionnel. Il parcourt l’Espagne vers 1860 en compagnie du peintre Léopold Tabar (1818-1869), et d’un certain Bocourt42 pour consulter des documents inédits et voir les œuvres43.

  • 44  C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 5.
  • 45  Paul Chevallier, Catalogue […] dépendant de la Succession de M. Charles Yriarte inspecteur général (...)
  • 46  Certaines trahissent l’original, comme le Général Urrutia (v.1799, Museo del Prado), portrait en p (...)

17Selon toute vraisemblance, Yriarte aurait fait réaliser des copies peintes44 de quelques-unes des toiles par ces deux artistes. Il s’agit des œuvres dont le titre, à la table des gravures, est suivi de la mention « copie de » ou « d’après » Tabar, Bocourt ou Yriarte. Ces copies peintes (qu’on retrouve dans le catalogue de la vente Yriarte45) sont utilisées comme intermédiaire entre l’œuvre originale et la gravure. Pour certaines œuvres, les artistes auront recours à des photographies ou des gravures anciennes réalisées par des contemporains de Goya pour les reproduire à leur tour. Yriarte, conscient des limites des reproductions, n’hésite pas à inviter le lecteur à aller voir sur place les originaux46.

  • 47  C. Blanc (dir.) op. cit. note 36. Voir chronologie en fin d’article. Lefort collabore aussi à un o (...)
  • 48  C. Yriarte, « Goya aquafortiste », L’Art, revue hebdomadaire illustrée, t. II, 1877, pp. 3-10, 32- (...)
  • 49  Planches gravées v. 1815-1824, recueil publié en 1864 par l’Académie de San Fernando. Cat. d’exp., (...)

18Plus tard, il cherche à démontrer la valeur de ses contributions pour l’étude de l’œuvre de Goya et semble minimiser le travail d’un autre spécialiste du maître, Paul Lefort, qui pourtant ne néglige pas les reproductions d’œuvres dans ses propres articles47. Yriarte fait publier en 187748 quatre planches inédites des Proverbes49. La présentation d’œuvres inconnues, dont il fournit des reproductions, lui donne l’occasion d’étudier à nouveau Goya  :

  • 50  C. Yriarte (1877), op. cit. note 48, p. 4.

 À part la critique, qui peut toujours s’exercer, et les interprétations sur l’œuvre gravé, auxquelles le champ reste toujours libre, […] je ne crois pas qu’on puisse désormais rien dire de neuf sur l’auteur des Désastres de la guerre. Il faut une circonstance spéciale pour prendre la parole à son sujet50.

  • 51Idem, ibidem, p. 83 :   « Nous laisserons s’écouler quelques temps et reprendrons cette étude avec (...)

19Paradoxalement, il mentionne à peine ces nouvelles gravures mais tente d’interpréter certaines planches des Caprices, et la dernière partie de son article qui devait porter sur les planches inédites n’a pas été publiée51

Fig. 4

Fig. 4

D’après Charles Yriarte (vraisemblablement d’après une copie peinte), Morin (dessinateur), Moller (graveur), La Maja vestida - D’après Goya, 1867, gravure dans Charles Yriarte, Goya : sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes et le catalogue de l’œuvre avec cinquante planches inédites d’après les copies de Tabar, Bocourt et Ch. Yriarte, Paris, Henri Plon, 1867, p. 88, repr. pl. h.-t.

  • 52  36 reproductions de peintures (dont les fresques et le portrait par Vicente López), dix reproducti (...)
  • 53  P. Lafond (1902), op. cit. note 40. On retrouve plusieurs gravures de la Gazette des Beaux-Arts.
  • 54  La reproduction de 1869 dessinée par E. Bocourt et gravée par Sotain, est, chez Yriarte, réalisée (...)
  • 55  D’après les planches no 7 (Ni asi la distingue) et no 35 (Le descañona) des Caprices.
  • 56  R. Salamero, op. cit. note 27, p. 17.
  • 57  Portrait de Javier Goya (v. 1805), fils de l’artiste, actuellement conservé dans une collection pa (...)
  • 58  Œuvre fréquemment reproduite au xixe siècle et au début du xixe siècle. Pour les références des an (...)

20Les œuvres reproduites dans l’ouvrage d’Yriarte, dont quarante-cinq sont inédites52, contribuent indubitablement à la construction d’une culture visuelle. Il est ainsi le premier à diffuser une gravure de la Maja vestida (fig.  4), tableau sans doute choisi en raison de sa popularité. Il est difficile de mesurer exactement l’ampleur de l’influence de ces gravures qui peuvent à l’occasion resservir dans d’autres publications53  : une œuvre choisie pour être gravée aura souvent une répercussion croissante. Ainsi, en 1869, dans l’Histoire des peintres de toutes les écoles. École espagnole, on trouve une nouvelle gravure de la Trahison de Judas, sans doute réalisée d’après celle de l’ouvrage d’Yriarte54. Deux gravures sur bois55 issues de l’ouvrage d’Yriarte ont déjà servi pour des articles de Valentín Carderera, publiés au début des années 186056. D’autres œuvres déjà connues à l’époque sont également diffusées, comme le Portrait du jeune homme en habit gris, d’abord reproduit en 186957 et la Jeune femme à la rose58.

Discours par l’image

  • 59  N. Glendinning, op. cit. note 13, p. 21, il cite les catalogues des ouvrages de Matheron et Yriart (...)
  • 60  P. Lefort (1877), op. cit. note 39, p. 1 et P. Lefort, « Velázquez (6e article) », Gazette des Bea (...)
  • 61  M. Dal Falco, op. cit. note 41, p. 54 et C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 56 et p. 7.

21Même si, avec le temps, de plus en plus d’œuvres de Goya atteignent la postérité59, le peintre reste considéré comme un artiste de second ordre, la critique le relègue dans la catégorie de la peinture de genre, jugée inférieure, et déplore l’inégalité de son talent. On ne présente pas Goya comme un modèle pour les artistes ; Paul Lefort le voit davantage comme un initiateur au style pictural de Velázquez et les gravures réalisées d’après le sévillan servent aussi de support à l’étude de ce maître reconnu60. Yriarte émet lui aussi des réserves, il déconseille aux peintres inexpérimentés «  de prendre le Goya de San-Antonio pour leur maître61 ». 

  • 62  Cat. d’exp., Pilar Vera del Castillo, Luis Alberto de Cuenca y Prado, Joaquin Puig de la Bellacasa (...)
  • 63Idem, ibidem, t. I, p. 50.

22C’est au début des années 1900 qu’on observe une certaine réhabilitation de la technique picturale de Goya. En effet, cette année-là, Madrid accueille la première grande exposition rétrospective dédiée à Goya, qui comptait surtout des portraits. La critique française connaissait et s’intéressait jusque-là presque exclusivement à l’œuvre gravé qui était justement présenté en nombre réduit. Le photographe d’art Mariano Moreno réalise des photographies des tableaux ; les amateurs pouvaient venir en acheter chez lui62. Ces photographies vont ensuite être exploitées dans des publications espagnoles63 sur Goya au début du xxe siècle.

  • 64Id., ibid., t. 1, p. 256 : Ricardo de los Ríos, « L’exposition des œuvres de Goya à Madrid », La C (...)
  • 65  Fréderic Jimeno, « LAFOND, Paul (1er juillet 1847, Rouen-21 septembre 1918, Pau) », notice publiée (...)
  • 66  P. Lafond (1910), op. cit. note 10, en comparaison, sur le rôle et la circulation des reproduction (...)
  • 67  P. Lafond (1910), op. cit. note 10.
  • 68Idem, ibidem., p. 1.
  • 69Id,. ibid., p. 2 et 10.

23En dépit de la rareté des articles français annonçant ou résumant cette exposition64, Paul Lafond (1847-1918)65, auteur influent, réutilise aussi certaines de ces photographies66 pour illustrer la moitié de son livre  ; les amateurs sont alors davantage en mesure d’apprécier l’œuvre peint du maître aragonais. Dans son Goya. Cinquante planches d’après ses œuvres les plus célèbres67, les reproductions d’œuvres (uniquement des peintures) priment clairement sur le texte, réduit à dix pages, mais qui n’en est pas moins intéressant, les propos tenus révélant un nouveau regard, plus élogieux  : «  Ce maître, un des plus grands, est le résumé des éléments accumulés par les artistes castillans qui l’ont précédé68  ». Si l’on perçoit encore Goya comme l’archétype de l’artiste espagnol, sa technique n’est plus qualifiée d’inégale, et Lafond reconnaît qu’elle s’adapte au sujet représenté. Il affirme même, au sujet des lithographies que Goya « s’y montra, comme en tout et partout, un maître69 ».

  • 70  Guillaume Kientz et Charlotte Chastel-Rousseau (dir.), Goya en question. Journée d’actualité de la (...)
  • 71  Robert Mesuret, «  Les faux Goya des musées de province », La Revue du Louvre et des musées de Fra (...)
  • 72  Hadrian Ségoillot, « Goya au Musée du Louvre », L’Artiste, 15 juillet 1866, pp. 221-224, p. 224 : (...)

24Dans les ouvrages du xixe siècle, antérieurs à celui de Lafond, les gravures et autres œuvres reproduites, qui attestent de l’intérêt pour l’artiste, ont pu fournir des modèles pour la réalisation de faux et de pastiches70… Déjà, en 1856, quatre-vingt tableaux réalisés d’après les célèbres Caprices ont failli être vendus aux enchères avant que la supercherie ne soit découverte et la vente annulée71. Certains amateurs restent toutefois convaincus de l’authenticité de ces tableaux, qui auraient été proclamés faux par des marchands souhaitant acquérir la collection à moindre coût72.

  • 73  G. Brunet, op. cit. note 35, p. 22, repr. et C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 101, repr.
    Paul (...)
  • 74  Valentín Carderera, « François Goya », Gazette des Beaux-Arts, t. XV, 1863, pp. 337-249, p. 244, n (...)
  • 75  R. Mesuret, op. cit. note 71, pp. 190, 191. Le tableau de Lille s’inspire certainement aussi de la (...)
  • 76Idem, ibidem, p. 190 et note 41.
  • 77Id., ibid., pp. 190, 191. Tableau aujourd’hui attribué au peintre Eugenio Lucas Velázquez (1817-18 (...)

25La gravure du Garrotté (v. 1778-1785) de Goya (fig. 5), est elle aussi particulièrement populaire comme en attestent de fréquentes reproductions73 et les fac-similés destinés à tromper les amateurs. Ceux-ci doivent alors être vigilants pour reconnaître les épreuves originales74. Il existe également deux tableaux peints (l’un acquis en 1875 par le musée de Lille et un autre au musée d’Agen, tous deux d’Eugenio Lucas Velázquez (1817-1870), s’inspirant de cette gravure75. Le choix du thème n’est sans doute pas fait au hasard : les faussaires détournent à leur profit une culture visuelle bien implantée chez les amateurs, notamment grâce aux fac-similés. Dans ce cas précis du tableau du Garroté, composé à partir d’œuvres de Goya, le faux bénéficie à son tour d’une diffusion par la reproduction. Lafond, « chef de file des auteurs qui ont donné le tableau de Lille à Goya76 », publie cette œuvre dans son ouvrage illustré, comme d’autres auteurs par la suite. Ce n’est qu’en 1938 que le Garroté de Lille n’est plus attribué à Goya77.

Fig. 5

Fig. 5

Francisco Goya y Lucientes, Le Garroté, vers 1778-1785, eau-forte et brunissoir sur papier, H. 0,48 ; L. 0,32 m - Washington, National Gallery of Art, Rosenwald Collection

© Wikimedia Commons

26Si les textes écrits sur Goya exercent parfois une influence considérable dans les jugements portés sur l’artiste, on ne peut négliger le poids des reproductions dans la mise en place d’une connaissance visuelle de l’œuvre de Goya. S’intéresser à l’un et à l’autre peut mettre en évidence des correspondances ou des décalages révélateurs des aspects privilégiés par les auteurs.

27Dans les années 1860-1870, plusieurs ouvrages et articles avec des reproductions d’œuvres de Goya participent peu à peu à l’élaboration d’une connaissance des œuvres par l’image et non plus seulement par le texte. Au premier plan, on trouve l’ouvrage d’Yriarte qui dynamise un processus déjà amorcé par certains. Le parti pris de l’auteur, qui se propose d’élargir la connaissance de l’œuvre à la peinture de Goya et appuie son discours sur l’image, cherche à initier une revalorisation de l’artiste.

  • 78  Patricia Fride-Carrassat, Isabelle Marcade, Les mouvements dans la peinture, Paris, Larousse, 2005 (...)
  • 79N. Glendinning, op. cit. note 13, p. 21.
  • 80  F. Haskell, op. cit. note 1, p. 104, p. 206, note 256 : les Watteau augmentent de valeur : « Cette (...)

28L’exposition de 1900 lui fait presque écho, car elle présente surtout des tableaux qui bénéficient d’une diffusion par la photographie, technique de reproduction plus fiable que la gravure. La revalorisation de Goya, observée chez Lafond, est liée à cette meilleure connaissance de l’œuvre, mais aussi à d’autres phénomènes plus généraux. En effet, la peinture impressionniste, d’abord décriée dans les années 1870, prend de l’importance à la fin du xixe siècle78. Goya devient même peu à peu un modèle pour plusieurs générations d’artistes, des romantiques jusqu’aux expressionnistes79, en dépit des réserves émises par les historiens d’art. Enfin, la fascination exercée par Goya correspond au moment de la redécouverte de Watteau80 dès les débuts de la monarchie de Juillet (1830-1848), artiste auquel il est fréquemment comparé pour les scènes de genre, tout au long de la période qui nous intéresse.

  • 81Cat. d’exp., G. Chazal (dir.), op. cit. note 49, p. 145.

29Grâce aux reproductions qui circulent plus facilement que les peintures, des correspondances artistiques peuvent être constatées et établies, amenant peu à peu à un changement d’opinion sur un artiste dont l’œuvre gravé, le plus connu, était souvent réduit au rang de caricature81.

Haut de page

Notes

1  Ilse Hempel Lipschutz, La pintura española y los románticos franceses., 1re éd., Cambridge Harvard University Press, 1972, traduit de l’anglais par José Luis Checa Cremades, Madrid, Taurus, collection « Ensayistas », 1988, pp. 20, 47, 52, 61, 79. Francis Haskell, La norme et le caprice, 1re éd., s.l., Phaidon Press Limited, 1976, traduit de l’anglais par Robert Forth, Paris, Flammarion, collection « Champs », 1993, pp. 49, 50.

2  Recueil gravé de 80 planches publié en 1799.

3  Michel Florisoone, « Comment Delacroix a-t-il connu les Caprices de Goya ? », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1957, pp. 131-144, p. 138.

4  Estampes conservées au musée de l’Armée, (Paris), portefeuille Empire, no III, sur l’Espagne.

5  Pourtant les quelques tableaux de Goya qui y sont exposés ne sont pas appréciés : Jeanine Baticle, Cristina Marinas, La galerie espagnole de Louis-Philippe au Louvre 1838-1848, RMN, Paris, 1981, p. 24.

6  I. H. Lipschutz, op. cit. note 1, p. 202, p. 232. Cependant, Murillo et Velázquez, davantage considérés, contribuent aussi à la création d’une image romantique de l’Espagne.

7  F. Haskell, op. cit. note 1, p. 31-40 : dans la fresque de l’Hémicycle à l’École des beaux-arts (Paul Delaroche, 1841), Velázquez est représenté mais pas Goya.

8  Théophile Gautier, Tra los montes, Paris, Victor Magen, 1843, p. 56.

9  Charles Yriarte, Goya : sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes et le catalogue de l’œuvre avec cinquante planches inédites d’après les copies de Tabar, Bocourt et Ch. Yriarte, Paris, Henri Plon, 1867.

10  Paul Lafond, Goya. Cinquante planches d’après ses œuvres les plus célèbres, Paris, Goupil & Cie, 1910.

11  Cat. d’exp., Goya 1900. Catálogo ilustrado y estudio de la exposición en el Ministerio de Instrucción pública y Bellas Artes, Pilar Vera del Castillo, Luis Alberto de Cuenca y Prado, Joaquin Puig de la Bellacasa et alii, Madrid, 2002, Ministerio de educación, cultura y deporte, Madrid, 2002, t. I et II.

12  Enrique Lafuente-Ferrari, Les Fresques de San Antonio de la Florida, Madrid, Skira, 1955, p. 9.

13Nigel Glendinning, Goya and his Critics, New Haven, Londres, Yale University, 1977.
Ouvrage fondamental pour l’étude de la réception de Goya, abordée sur une vaste chronologie – du xviiie siècle jusqu’au xxe siècle – et selon plusieurs zones géographiques. L’historiographie française du xixe siècle y est présentée de façon résumée.

14  Jean Laurent, Catalogue des principaux tableaux des musées d’Espagne reproduits en photographie, Madrid, Rojas y Compañía, 1867, n. p. Son but est de diffuser des œuvres que peu ont vues en réalité. De nombreux Goya sont reproduits (2e et surtout dans la 3e série).

15Helena Pérez Gallardo, « La fotografía comercial y el Museo del Prado », Boletín del Museo del Prado, vol. XX, no 38, 2002, pp. 129-146. Helena Peréz Gallardo, « La llegada de la fotografía a la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando », Madrid, Anales de Historia del Arte, 2011, pp. 147-165, p. 165 photographies de 1867 de la Maja vestida et de la Casa de locos, repr. fig 9 et 10.

16H. Peréz Gallardo (2011), op. cit. note 15, pp. 147-165.

17  Maria Carmen Torrecillas Fernández, « Las pinturas de la Quinta del Sordo fotografiadas por Jean Laurent », Boletín del Museo del Prado, vol. XIII, 1992, pp. 57-69.

18Idem, ibidem, p. 60. Yriarte fait réaliser des gravures d’après des photographies pour son ouvrage : C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, pp. 155, 156.

19  Germain Bazin, Histoire de l’histoire de l’art de Vasari à nos jours, Paris, Albin-Michel, 1986, p. 403 : « L’illustration photographique ne deviendra possible que lorsqu’on pourra impressionner en creux d’après des positifs photographiques une plaque de métal, pour obtenir dans des ateliers de photogravures des images en grand nombre. Cela ne se fera que dans les années 1875-188 ».

20  Ernst Kris, Otto Kurtz, L’image de l’artiste. Légende, mythe et magie, 1re éd., Vienne, Krystall Verlag, 1934, éd. anglaise, Boston, Yale University Press, éd. française, trad. de l’anglais par Michèle Hechter, Paris, Rivages, p. 159.

21  Laurent Matheron, Goya, Paris, Schulz et Thuillié, 1858, n. p., (p. 109-110, version pdf http://books.google.com). C. Yriarte, op. cit. note 9, p. 52.

22  Anonyme, « Peintres espagnols, Francisco Goya y Lucientes », Magasin Pittoresque, t. II, n° 41, 1834, pp. 324-325, p. 324, les pl. no 39 et no 52 des Caprices y sont aussi reproduites.

23  Théophile Gautier, « Francisco Goya y Lucientes », Le Cabinet de l’amateur et de l’antiquaire, 1842, pp. 337-345, p. 341 et voir C. Yriarte (1867), op. cit., note 9, p. 50.

24  L. Matheron, op. cit. note 21, il est dédié au peintre Eugène Delacroix.

25  Sur Matheron (1823-1905) : correspondance.delacroix.fr.

26  E. Kris, O. Kurtz, op. cit. note 20, p. 29 et p. 52. 

27  Ricardo Salamero, Valentín Carderera y Solano. Estudios sobre Goya (1835-1885), Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1996. Carderera aurait rencontré Goya, collectionnait ses dessins, et a apporté une aide précieuse aux auteurs français. Il publie des articles dans la Gazette des Beaux-Arts en 1860 et 1863.

28  Il a écrit deux articles en espagnol ; un en 1835, où il compare la vie de Goya à celle de Cellini et un en 1838.

29  L. Matheron, op. cit. note 21, p. 55.

30Idem, Ibidem, p. 106 et p. 116 (note de fin d’ouvrage no 8).

31  L. Matheron, op. cit. note 21, p. 78.

32  Centre de documentation du musée du Louvre. Dossier d’œuvre Ferdinand Guillemardet M. I.697 (dossier biographique sur les Guillemardet, lettre à Louis Guillemardet du 24/01/1851 dans : Eugène Delacroix, Correspondance générale publiée par A. Julien, vol. V, p. 199  :« Un ami de Bordeaux écrit une biographie de Goya […], je lui ai parlé du portrait de ton père […]. Il m’envoie un jeune peintre de ses amis qu’il a chargé de lui rendre compte de ces ouvrages. Me permets-tu de te l’adresser… ».

33  Antoine de Nait, Les eaux-fortes de Francisco de Goya. Los Caprichos gravures fac-similé de M. Segui y Riera. Notice biographique et étude critique accompagnées de pièces justificatives par Antoine de Nait, Paris, Boussod-Valadon et Cie, 1888. La série y est intégralement reproduite. Voir aussi : cat. d’exp., Les Caprices de Goya, Gustave Geoffroy, Paris, Galerie Laffitte, 20 rue Laffitte, 20 avril-9 mai 1896, s. ed., s. l., 1896.

34  T. Gautier, op. cit. note 23, p. 341.

35  Gustave Brunet, Étude sur Francisco Goya sa vie et ses travaux. Notice biographique et artistique accompagnée de photographies d’après les compositions de ce maître, Paris, Aubry, 1865.

36Idem, ibidem, p. 29. Pour des reproductions de cette planche : Charles Blanc (dir.), Histoire des peintres de toutes les écoles. École espagnole par M.M. Charles Blanc, W. Bürger, Paul Mantz, L. Viardot et Paul Lefort, Paris, Jules Renouard, 1869. A. de Nait, op. cit. note 33.

37  C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 78, petite reproduction du portrait de la reine. Pour le début du xxe siècle : Paul Lafond, « Goya, V. Goya portraitiste »  La Revue de l’art ancien et moderne, t. VII, 10 janvier 1900, p. 50, 51, repr. et Goya, Paris, Librairie de l’art ancien et moderne, collection « Les artistes de tous les temps », 1902, p. 54, 55, repr.

38  C. Blanc (dir.), op. cit. note 36, Paul Lefort, « Francisco Goya », Gazette des Beaux-Arts, t. XIII, 1876, p. 336-344, p. 339, Francisco Goya. Etude biographique et critique suivie de l’essai d’un catalogue raisonné de son œuvre gravé et lithographié, Paris, Renouard, 1877, p. 12. C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 21.

39Idem, ibidem, p. 4, p. 7, et Paul Lefort, Francisco Goya. Étude biographique et critique suivie de l’essai d’un catalogue raisonné de son œuvre gravé et lithographié, Paris, Renouard, 1877, p. 10, et P. Lafond, op. cit. note 10, p. 3.

40  Paul Lafond, « IV-Goya peintre religieux  », La Revue de l’art ancien et moderne, t. VI, 1899, p. 473 et Goya, Paris, Librairie de l’art ancien et moderne, collection « Les artistes de tous les temps », 1902, p. 47, repr.

41  Maria Dal Falco, Charles Yriarte et l’Espagne. Le voyageur et l’historien d’art. Mémoire d’étude, Monographie de Muséologie sous la direction de François-René Martin (directeur de recherche), Nadine Gastaldi (personne-ressource), École du Louvre, mars 2006, vol. 1. Yriarte (1832-1898), écrivain et dessinateur d’origine espagnol qui fera carrière dans l’administration ; en 1881 il est nommé Inspecteur des Beaux-Arts.

42  Marcus Osterwalder (dir.), Dictionnaire des illustrateurs 1800-1914, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1989, p. 143 et catalogue.bnf.fr (notice d’autorité personne). Il doit s’agir d’un artiste de la famille Bocourt, où sont connus plusieurs graveurs dont Marie-Firmin (1819-1904) et Étienne-Gabriel (né en 1821). Ce dernier était dessinateur au Monde Illustré (comme Yriarte) et c’est sans doute lui qui réalise les dessins (ensuite gravés) pour l’Histoire des Peintres de toutes les écoles. École espagnole (1869), signés E. Bocourt.

43M. Dal Falco, op. cit. note 41, p. 5.

44  C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 5.

45  Paul Chevallier, Catalogue […] dépendant de la Succession de M. Charles Yriarte inspecteur général des Beaux-Arts et dont la vente aura lieu hôtel Drouot, salle no 6, le lundi 26, mardi 27, mercredi 28 décembre 1898 à 2h. Commissaire-priseur : M. Paul Chevallier, s.l., s.ed., s.d. Dans la catégorie Tableaux modernes, no 69 : « Tabar, d’après Goya. La famille de Charles IV. Étude », au no 10 : « Goya (d’après) La Romeria de San Isidro », il s’agit peut-être d’une copie de Tabar. Dans l’ouvrage de 1867, ces œuvres sont dessinées et gravées « d’après Tabar ».

46  Certaines trahissent l’original, comme le Général Urrutia (v.1799, Museo del Prado), portrait en pied réduit à un buste : C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 69, repr.

47  C. Blanc (dir.) op. cit. note 36. Voir chronologie en fin d’article. Lefort collabore aussi à un ouvrage comportant 7 reproductions d’œuvres de Goya (4 peintures, dont 2 provenant de sa collection, et 3 gravures).

48  C. Yriarte, « Goya aquafortiste », L’Art, revue hebdomadaire illustrée, t. II, 1877, pp. 3-10, 32-40, 56-60, 78-83.

49  Planches gravées v. 1815-1824, recueil publié en 1864 par l’Académie de San Fernando. Cat. d’exp., Goya graveur, sous la direction de Gilles Chazal, Paris, Petit-Palais, 13 mars-8 juin 2008, Paris, Paris-Musées, 2008, p. 280. Cette série inachevée est actuellement connue sous le titre de Disparates, et les 4 cuivres publiés en 1877 ont été acquis par le musée du Louvre en 2011, voir : Pascal Torres, Francisco de Goya ou l’invention de la Modernité : du sommeil de la raison aux Disparates, L’œuvre en scène, mercredi 13 juin 2012 (louvre.fr).

50  C. Yriarte (1877), op. cit. note 48, p. 4.

51Idem, ibidem, p. 83 :   « Nous laisserons s’écouler quelques temps et reprendrons cette étude avec la Tauromachie, les Proverbes et la série des Désastres de la guerre, le chef-d’œuvre du maître, qui nous montrera Goya sous son côté philosophique et humanitaire ». Nous n’avons pas trouvé trace de la fin de cet article dans cette revue, dont nous avons consulté avec attention tous les numéros suivants jusqu’à l’année 1900.

52  36 reproductions de peintures (dont les fresques et le portrait par Vicente López), dix reproductions de gravures. Enfin, 4 vues de lieux en lien avec la vie de l’artiste.

53  P. Lafond (1902), op. cit. note 40. On retrouve plusieurs gravures de la Gazette des Beaux-Arts.

54  La reproduction de 1869 dessinée par E. Bocourt et gravée par Sotain, est, chez Yriarte, réalisée « d’après Bocourt » par Lavée (dessin) et Linton (gravure). Ce doit être le même Bocourt qui a réalisé la copie peinte, qu’il dessine en 1869.

55  D’après les planches no 7 (Ni asi la distingue) et no 35 (Le descañona) des Caprices.

56  R. Salamero, op. cit. note 27, p. 17.

57  Portrait de Javier Goya (v. 1805), fils de l’artiste, actuellement conservé dans une collection particulière parisienne. Paul Mantz, « Exposition en faveur des Alsaciens-Lorrains. Peinture (3e article) », Gazette des Beaux-Arts, t. XXXV, 1874, pp. 289-309, p. 299, p. 301, repr. et « Les portraits du siècle », Gazette des Beaux-Arts, t. XXXI, 1885, pp. 497-511, p. 503, le portrait est décrit.
Paul Lefort, La Peinture espagnole, Paris, Librairies-Imprimeries réunies, 1893, p. 273, no 108, repr.

58  Œuvre fréquemment reproduite au xixe siècle et au début du xixe siècle. Pour les références des anciennes reproductions. Ce tableau est aujourd’hui attribué à un proche collaborateur de Goya : Agustín Esteve y Marques (1753-v.1820) et a été vendu aux enchères en 2007 (sothebys.com, 8 juin 2007, lot 270). Sur l’artiste : museodelprado.es.

59  N. Glendinning, op. cit. note 13, p. 21, il cite les catalogues des ouvrages de Matheron et Yriarte pour les références françaises du xixe siècle.

60  P. Lefort (1877), op. cit. note 39, p. 1 et P. Lefort, « Velázquez (6e article) », Gazette des Beaux-Arts, t. XLVII, 1880, pp. 176-185, p. 181, repr. C. Blanc, « Vélasquez à Madrid », Gazette des Beaux-Arts, t. XV, juillet-décembre 1863, 1er juillet, pp. 65-74, p. 65, p. 72.

61  M. Dal Falco, op. cit. note 41, p. 54 et C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 56 et p. 7.

62  Cat. d’exp., Pilar Vera del Castillo, Luis Alberto de Cuenca y Prado, Joaquin Puig de la Bellacasa et al., op. cit. note 11, t. I, pp. 43, 44.

63Idem, ibidem, t. I, p. 50.

64Id., ibid., t. 1, p. 256 : Ricardo de los Ríos, « L’exposition des œuvres de Goya à Madrid », La Chronique des Arts, no 28, 25 août 1900, pp. 286-288. Nous avons trouvé une autre mention de l’exposition : Paul Lafond, Les nouveaux Caprices de Goya, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1907 (version numérisée sur museodelprado.es avec une coupure de presse à la fin : « L’exposition des œuvres de Goya, ouverte le 3 mai 1900 à Madrid » y sont reproduites des planches gravées non représentatives de l’exposition).

65  Fréderic Jimeno, « LAFOND, Paul (1er juillet 1847, Rouen-21 septembre 1918, Pau) », notice publiée le 17/02/2014 sur le site de l’INHA. Il est conservateur du musée des Beaux-Arts de Pau de 1900 à 1918.

66  P. Lafond (1910), op. cit. note 10, en comparaison, sur le rôle et la circulation des reproductions photographiques on pourra consulter : Dominique Jarrassé et Emmanuelle Polack, « Le musée de Sculpture comparée au prisme de la collection de cartes postales éditées par les frères Neurdein (1904-1915) », Cahiers de l’École du Louvre, recherches en histoire de l’art, histoire des civilisations, archéologie, anthropologie et muséologie (en ligne) no 4, avril 2014, pp. 2-20, notamment p. 19 et note 45.

67  P. Lafond (1910), op. cit. note 10.

68Idem, ibidem., p. 1.

69Id,. ibid., p. 2 et 10.

70  Guillaume Kientz et Charlotte Chastel-Rousseau (dir.), Goya en question. Journée d’actualité de la recherche et de la restauration, Programme détaillé, Auditorium du Louvre, saison 2013-2014, 24 avril 2014, p. 10. Dans l’étude de Véronique Gérard-Powell sur Goya et le marché de l’art français du xixe siècle : « La connaissance indirecte que l’on avait de l’artiste par les gravures et les peintures ‘goyesques’ engendra, vers 1856-1867, l’apparition d’un nombre spectaculaire de faux alimentée par le marché espagnol  […]  ».

71  Robert Mesuret, «  Les faux Goya des musées de province », La Revue du Louvre et des musées de France, nos 4-5, 1963, pp. 183-194. Il cite Matheron pour cette vente, pp. 185-186. L. Matheron, op. cit. note 21, note 1 en fin d’ouvrage.

72  Hadrian Ségoillot, « Goya au Musée du Louvre », L’Artiste, 15 juillet 1866, pp. 221-224, p. 224 : Louis Guillemardet tenta d’acquérir cette collection pour le Louvre (à qui il lègue le Portrait de Ferdinand Guillemardet en 1865), dont il achète plus tard des tableaux pour lui et Delacroix.

73  G. Brunet, op. cit. note 35, p. 22, repr. et C. Yriarte (1867), op. cit. note 9, p. 101, repr.
Paul Lefort, « Essai d’un catalogue raisonné de l’œuvre gravé et lithographié de Goya ».
Gazette des Beaux-Arts, t. XXIV, 1868, pp. 169-186, 385-399, p. 181, repr. La gravure originale de Goya de 1778 fut éditée de nouveau en 1830, 1868 et 1928, ce qui explique aussi sa popularité au xixe siècle.

74  Valentín Carderera, « François Goya », Gazette des Beaux-Arts, t. XV, 1863, pp. 337-249, p. 244, note 2 de Philippe Burty, critique d’art.

75  R. Mesuret, op. cit. note 71, pp. 190, 191. Le tableau de Lille s’inspire certainement aussi de la pl. 34 des Désastres de la guerre (publiés pour la 1re fois en 1862-1863) : on y retrouve en effet un homme garroté sur un échafaud entouré d’une foule compacte.

76Idem, ibidem, p. 190 et note 41.

77Id., ibid., pp. 190, 191. Tableau aujourd’hui attribué au peintre Eugenio Lucas Velázquez (1817-1870), autrefois connu sous le nom d’Eugenio Lucas Padilla, ami du fils de Goya, Javier, dont il acquit vers 1855 les 4 planches gravées des Disparates du musée du Louvre, voir P. Torres, op. cit. note 49, et museodelprado.es.

78  Patricia Fride-Carrassat, Isabelle Marcade, Les mouvements dans la peinture, Paris, Larousse, 2005, p. 68.

79N. Glendinning, op. cit. note 13, p. 21.

80  F. Haskell, op. cit. note 1, p. 104, p. 206, note 256 : les Watteau augmentent de valeur : « Cette secousse commerciale influa sur toutes les peintures dont le style avait quelques rapports avec celui de ce maître ». M. Dal Falco, op. cit. note 41, p. 34.

81Cat. d’exp., G. Chazal (dir.), op. cit. note 49, p. 145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Jean-Ignace Granville, Francisco Goya, peintre espagnol, 1834, gravure sur bois - Anonyme, « Peintres espagnols, Francisco Goya y Lucientes », Magasin Pittoresque, t. II, n°41, 1834, pp. 324, 325, p. 324, Paris, Bibliothèque nationale de France.
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2
Légende E. Bocourt (dessinateur), Sotain (graveur), Et encore ils ne s’en vont pas - d’après la pl. 59 des Caprices de Goya, gravure dans Charles Blanc (dir.), Histoire des peintres de toutes les écoles. École espagnole, par M.M. Charles Blanc, W. Bürger, Paul Mantz, L. Viardot et Paul Lefort, Paris, Jules Renouard, 1869, p. 1 du chap. sur Goya - Paris, bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, cote Fol D 422 OU USUEL 759 BLA
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3
Légende Francisco Goya y Lucientes, Portrait équestre de Charles IV, 1800-1801, huile sur toile, H. 3,36 ; L. 2,82 m - Madrid, musée du Prado, n° P00719
Crédits © 2015 Museo Nacional del Prado.
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4
Légende D’après Charles Yriarte (vraisemblablement d’après une copie peinte), Morin (dessinateur), Moller (graveur), La Maja vestida - D’après Goya, 1867, gravure dans Charles Yriarte, Goya : sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes et le catalogue de l’œuvre avec cinquante planches inédites d’après les copies de Tabar, Bocourt et Ch. Yriarte, Paris, Henri Plon, 1867, p. 88, repr. pl. h.-t.
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 5
Légende Francisco Goya y Lucientes, Le Garroté, vers 1778-1785, eau-forte et brunissoir sur papier, H. 0,48 ; L. 0,32 m - Washington, National Gallery of Art, Rosenwald Collection
Crédits © Wikimedia Commons
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/287/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Gué, « Goya dans l’historiographie française du xxie siècle : images et textes », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://cel.revues.org/287 ; DOI : 10.4000/cel.287

Haut de page

Auteur

Agnès Gué

Après une licence bi-disciplinaire d’histoire de l’art et d’espagnol à l’Institut Catholique de Paris, Agnès Gué a obtenu son diplôme de muséologie à l’École du Louvre. Dans le cadre de son Master 2, elle a soutenu en 2014 son mémoire de recherche en histoire de l’art : Goya dans l’historiographie française, 1842 – années 1900, sous la direction de Cristina Marinas.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de l'École du Louvre sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo École du Louvre
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo heSam - hautes écoles Sorbonne arts et métiers
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org