Navigation – Plan du site

L’exposition préhistorique de la Galerie de l’Histoire du travail en 1867. Organisation, réception et impacts

The prehistoric exhibition of the Galerie de l’Histoire du Travail of 1867. Organisation, reception and impact
Charlotte Quiblier

Résumés

L’Exposition universelle de 1867, outre les exposants industriels de tous pays, présente une exposition rétrospective. Connue sous le nom de Galerie de l’Histoire du Travail, elle accueille toutes les œuvres antérieures à 1800. Dans un contexte de renforcement des identités nationales et de débat autour de l’ancienneté de l’Humanité, plusieurs des nations représentées vont y exposer les tous premiers vestiges de l’occupation humaine de leur territoire. Ainsi, la Galerie de l’histoire du travail est le lieu de la première exposition préhistorique. Organisée par des personnalités essentielles des sciences de l’Homme qui sont alors en train de se constituer, liée à d’autres événements essentiels dans la structuration de cette science, elle va jouer un rôle important dans la construction et l’institutionnalisation de l’archéologie préhistorique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’Exposition universelle de 1867 a fait l’objet de nombreuses études et publications, dont Brigitt (...)

1Entre le 1er avril et le 31 octobre 1867, conformément à la volonté de l’empereur Napoléon III, la France organise sa deuxième Exposition universelle1. Le commissariat général en est confié à Frédéric Le Play qui dessinera les plans du palais situé sur le Champ de Mars (fig. 1). Son plan elliptique permet un double groupement : par classes de produits dans les galeries concentriques formant le palais et par pays dans des secteurs rayonnants délimités par des rues. Un grand axe mène du pont d’Iéna à l’entrée principale du palais côté Seine. Il coupe longitudinalement le palais sous la forme du grand vestibule et donne accès aux différentes galeries, traverse le jardin central et débouche sur la porte se trouvant du côté de l’École militaire. Le palais est entouré d’un parc accueillant des bâtiments annexes et divers pavillons pittoresques qui vont attirer un public nombreux. Cette deuxième Exposition universelle parisienne a remporté un indéniable succès avec quarante et une nations représentées, 50 226 exposants et plus de dix millions de visiteurs.

Fig 1

Fig 1

Vue officielle à vol d’oiseau de l’Exposition universelle de 1867 – vue générale prise des Hauteurs du Trocadéro, 1867

© Domaine public, Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D C. http://loc.gov/​pictures/​resource/​pga.02412/​

  • 2  Marc-Antoine Kaeser, « Une science universelle, ou “éminemment nationale” ? Les congrès internatio (...)

2Le xixe siècle marque l’essor de l’archéologie avec de nombreuses découvertes et la floraison des sociétés savantes, notamment archéologiques, qui voient le jour sur tout le territoire français. Savants et amateurs locaux se réunissent afin d’étudier, de partager sur l’actualité artistique et archéologique. La question des origines de l’Homme soulève de nombreux débats. Cependant, malgré l’essor considérable des études préhistoriques, « leur consécration académique n’intervient que près d’un siècle plus tard : la disciplinarisation effective de ce domaine de recherche s’avère singulièrement tardive2 ». Dans ce contexte de recherches et de débats, l’Exposition universelle va accueillir une exposition un peu particulière : la Galerie de l’Histoire du travail, aussi appelée « musée rétrospectif », qui présente des objets archéologiques, c’est-à-dire les objets produits par les différentes nations depuis leurs origines jusqu’au xviiie siècle. Dans ce cadre, plusieurs nations présentent pour la toute première fois des objets préhistoriques au grand public. L’Exposition universelle de 1867, lieu de la première exposition sur la préhistoire, va donc jouer un rôle dans la construction et la reconnaissance d’une discipline, l’archéologie préhistorique.

3Pour quelles raisons a-t-il été décidé d’inclure des objets archéologiques dans le concours industriel qu’est une Exposition universelle ? Quelles personnalités ont mis en œuvre cette exposition préhistorique et quels sont leurs liens avec les institutions existantes ? Quel accueil a-t-elle reçu auprès des spécialistes et auprès du public de l’Exposition universelle ?

La création et les objectifs de la Galerie de l’Histoire du travail

  • 3  AN - F/12/11894, v. 1, PV du comité des constructions, 5e séance, 26 juillet 1865.
  • 4  Ibidem.
  • 5  Commission Impériale, Catalogue général, histoire du travail et monuments historiques, Paris, Dent (...)

4En 1865 est adopté le projet d’une exposition « de l’histoire de l’art et du travail3 ». Cette idée est émise lorsque la question du portique entourant le jardin central est abordée. Plusieurs personnes ayant « témoigné le désir de renouveler ce qui a été fait à Kensington, où des objets d’art et de curiosité prêtés par des particuliers ont été exposés avec succès4 », il est décidé de consacrer le portique à une exposition de ce type. Le 8 janvier 1866, Eugène Rouher, ministre d’État et vice-président de la Commission Impériale, signe un arrêté relatif à l’exposition des œuvres caractérisant les grandes époques de l’histoire du travail. Il approuve ainsi la création d’une galerie destinée à recevoir les objets antérieurs au xixe siècle et qui n’ont, à ce titre, pas leur place dans le reste de l’Exposition. L’article premier arrête que « la Galerie de l’Histoire du travail recevra les objets produits dans les différentes contrées depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du xviiie siècle5 ».

  • 6  Commission Impériale, art. cit. note 5, p. 21 : « Une semblable organisation établissait une diffé (...)
  • 7  Commission Impériale, art. cit. note 5, p. 3

5Cette idée d’inclure une exposition rétrospective dans une exposition des produits de l’industrie ne voit pas le jour avec l’Exposition universelle de 1867. Ainsi, l’exposition de l’Histoire du travail s’inscrit dans la lignée des expositions rétrospectives de Manchester en 1857, de Londres en 1862 ainsi que l’exposition organisée par l’Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie en 1865 à Paris. Elle va toutefois se distinguer des précédentes par une classification nationale et chronologique qui va remplacer un groupement par collections. La Galerie de l’Histoire du travail constitue donc un musée rétrospectif d’un nouveau genre6 dont les objectifs sont énoncés dans le bref exposé précédant l’arrêté constituant la commission de l’histoire du travail : « Faciliter, pour la pratique des arts et l’étude de leur histoire, la comparaison des produits du travail de l’homme aux diverses époques et chez les différents peuples ; fournir aux producteurs de toute sorte des modèles à imiter, et signaler à l’attention publique les personnes qui conservent les œuvres remarquables des temps passés7 ».

  • 8  Charles de Linas, L’Histoire du travail à l’Exposition universelle de 1867, Paris, Didron, 1867, p (...)

6La volonté d’exposer les meilleures productions anciennes afin d’inspirer les artistes contemporains se double alors d’un second objectif : montrer ce qui a été produit par la Nation, faire une exposition des produits qui sont le fruit du travail national.
Cette volonté se traduit dans l’organisation spatiale de la Galerie de l’Histoire du travail (fig. 2) : les œuvres du musée rétrospectif sont placées dans la portion de la galerie correspondant au secteur occupé dans le palais par la nation dont elles proviennent, et elles doivent y être disposées de manière à caractériser les époques principales de l’histoire de chaque peuple. Le classement chronologique permet d’insister sur l’idée de progrès et d’Antiquité dans une visée nationaliste. Ainsi, selon Charles de Linas, « l’histoire du travail c’est l’histoire complète de l’humanité depuis sa dispersion sur le globe jusqu’aux temps modernes ; […] rattachant par une chaîne non interrompue les engins rudimentaires de l’homme primitif aux machines compliquées qu’invente chaque jour le génie industriel du xixe siècle8 ».

Fig 2

Fig 2

Plan de la Galerie de l’histoire du travail – plan du palais daté du 1er juillet 1865, détail, Paris – Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales F/12/3131

© Photographie de l’auteur, 2011

Idéologie du progrès et renforcement des identités nationales

7Cette Galerie est étroitement liée au contexte de l’époque et notamment à la montée des nationalismes qui caractérise le xixe siècle. Comme l’Exposition universelle d’une manière générale, elle a pour but de démontrer la supériorité de la France dans les arts et l’industrie et d’assurer la pérennité de cette supériorité, même si ce n’est pas au moyen d’un concours se clôturant par la remise de récompenses. Dans ce but, les objets archéologiques sont investis d’un double rôle : illustrer l’ancienneté de la Nation et de ses productions, car l’idée de progrès sous-tend la conception évolutionniste de la culture qui domine alors ; et servir de modèle pour l’industrie française moderne afin qu’elle conserve la suprématie qu’elle doit notamment à son avance dans le domaine des arts.

  • 9  Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe xviiie-xxe siècle. Paris, Éd. du (...)
  • 10  Cité par Catherine Granger, L’empereur et les arts, Paris, École des Chartes, 2005, p. 354.
  • 11  Gabriel de Mortillet, le Moniteur de l’archéologue, 1er juillet 1866, t. I, 2e série, p. 12.
  • 12  Son ouverture au public fut effective le 1er mai 1867 et l’inauguration eut lieu le 12 mai.

8« Tout le processus de formation identitaire a consisté à déterminer le patrimoine de chaque nation et à en diffuser le culte9 ». C’est au cours du xixe siècle que cette opération de constitution des identités nationales a eu lieu. En France, le mouvement est lancé le 30 mars 1804 avec la création à Paris d’une société savante, « l’Académie celtique » (future Société nationale des Antiquaires de France) et se renforce sous l’impulsion de Napoléon III. Il va mettre les antiquités nationales et l’archéologie au service de la consolidation de l’identité nationale avec les fouilles d’Alésia menées de 1861 à 1865 et par la création du musée de Saint-Germain-en-Laye. Les motivations de sa création ainsi que son rôle sont d’ailleurs en grande partie identiques aux raisons et objectifs qui ont conduit quelques années plus tard à la création de la Galerie de l’Histoire du travail. Dans un rapport du 14 juin 1863, le comte de Nieuwerkerke définit l’objectif du musée : il s’agissait « de réunir les pièces justificatives, pour ainsi dire, de notre histoire nationale10 ». Par ailleurs, ce sont les mêmes personnes qui travaillèrent à ces deux réalisations. Parmi eux, Gabriel de Mortillet, organisa la section préhistorique de l’exposition de l’Histoire du travail sous la direction d’Édouard Lartet ; et à Saint-Germain-en-Laye, il s’occupa du classement des collections de Jacques Boucher de Perthes et fut nommé conservateur adjoint en 1868. Dans un article, il justifie son choix en faveur d’un découpage chronologique en époques successives : ces dernières sont « caractérisées par des civilisations, des degrés de développement industriels fort tranchés11 ». Or cette triple assimilation entre époque, civilisation et avancement industriel est précisément ce qui préside à l’établissement des Expositions universelles et justifie la présence d’une section rétrospective, archéologique. Enfin, l’ouverture de ce musée coïncide avec la première Exposition universelle parisienne présentant des vestiges archéologiques12.

  • 13  Edmond du Sommerard, « Exposition universelle de 1867 à Paris. Commission de l’Histoire du travail (...)

9Cette Galerie, présentant les plus belles ou les plus représentatives réalisations des hommes de toutes époques, doit donc constituer une sorte de leçon pour les industriels contemporains de l’Exposition. Dans son rapport sur la Galerie, Edmond du Sommerard se félicite des efforts qui ont été menés dans le domaine de « l’étude des temps anciens » et présente cette dernière comme étant un « besoin général » et une « réaction salutaire vers les époques principales de l’art et de l’industrie de nos pères13 ». Le sous-classement des objets par technique pour les périodes plus récentes montre l’importance de l’objet ancien comme modèle, source d’inspiration. Ainsi, malgré son nom de « Galerie de l’Histoire du travail », ce musée rétrospectif est davantage une exposition des productions humaines qu’une mise en perspective du travail. Cependant, cette dénomination a l’avantage de constituer une problématique qui rattache la Galerie aux périodes industrielles contemporaines qui sont l’objet principal de l’Exposition.

Première exposition préhistorique

10La présentation d’objets archéologiques dans le cadre de la Galerie de l’Histoire du travail répond donc à des besoins liés au contexte social et économique du milieu du xixe siècle. Cependant, cette exposition ne se réduit pas à une instrumentalisation de l’archéologie au service de l’industrie et d’idéologies nationalistes, elle va également être le reflet des débats scientifiques du temps.

  • 14  Nom donné à la première section du jury d’admission de la Galerie de l’Histoire du travail.
  • 15  Gabriel de Mortillet dans Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, v. 1, se (...)

11Pour la toute première fois en 1867, des objets préhistoriques sont présentés au grand public. La section française de la Galerie de l’Histoire du travail, lorsqu’on y entre depuis le grand vestibule d’honneur, débute en effet par une salle consacrée aux « œuvres des temps antéhistoriques14 ». Or, au milieu du xixe siècle, un débat agite l’Académie des Sciences, la Société d’Anthropologie de Paris, la Société française d’Archéologie mais également toutes les sociétés plus locales dans les régions et départements : la question de la haute antiquité de l’Homme. Ce sujet est au cœur de toutes les études comme l’indique Gabriel de Mortillet, en septembre 1864, dans le premier de ses bulletins mensuels Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’Homme, revue créée précisément afin de rendre compte de ces questions : « Il ne se passe pas de semaine que l’Académie des Sciences ne reçoive d’importantes communications se rapportant à ces études15 ».

  • 16  Voir Arnaud Hurel, Noël Coye (dir), Dans l’épaisseur de temps. Archéologues et géologues inventent (...)

12En 1847, Jacques Boucher de Perthes publie le premier tome de ses Antiquités celtiques et antédiluviennes. Il se fonde sur des associations stratigraphiques de bifaces et de fossiles pour étayer ses affirmations relatives à la présence de l’Homme sur Terre longtemps avant le déluge biblique. Cependant, l’Académie des Sciences refuse de croire à la haute antiquité de l’Homme. Le 26 avril 1859, lors de l’importante visite des savants anglais Prestwich et Evans à Abbeville, fut réalisée une photographie d’un biface encore dans sa stratigraphie archéologique16. La photographie est utilisée comme outil scientifique, un moyen de démonstration : elle est considérée comme une preuve irréfutable de la haute antiquité de l’Homme. Toutefois, le débat se poursuit car certains continuent de réfuter cette idée, comme Élie de Beaumont, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences.

13Cette exposition, au-delà d’une instrumentalisation de l’archéologie, est le lieu d’expression de thèses scientifiques, des idées de savants et d’archéologues qui ont participé à l’organisation de cette Galerie. La première section, « la Gaule avant les métaux », première exposition d’objets préhistoriques, a ainsi pour objectif de convaincre le plus grand nombre de la haute antiquité de l’Homme :

  • 17  G. de Mortillet, op. cit. note 15, v. 1, juin 1865, p. 451.

Pénétrées de la nécessité de faire toucher la vérité au doigt et de frapper l’esprit public, plusieurs personnes s’occupant activement des recherches et des études antéhistoriques ont causé dans des réunions particulières du projet d’une exposition spéciale d’objets de cette époque. Grâce à l’esprit éminemment supérieur de M. Le Play, directeur du comité de l’Exposition universelle de 1867, ce projet est bien vite devenu une réalité. Trois Hommes des plus compétents ont donc été chargés par M. Le Play de s’occuper à organiser une grande exposition antéhistorique et anthropologique17.

La mise en œuvre de l’exposition

  • 18  Marquis Léon de Laborde, AMN, XU 1867, carton II, PV de la Commission de l’Histoire du travail, sé (...)

14Une commission spéciale présidée par le comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts, est créée afin d’organiser l’exposition française de l’Histoire du travail. Elle adopte une division chronologique, en dix grandes époques d’art, proposée par Adrien de Longpérier.
Afin de ne pas priver les établissements publics nationaux de leurs œuvres à un moment d’affluence et pour « mettre au jour des monuments épars et peu connus18 », la commission de l’histoire du travail fait appel aux amateurs et aux musées de Province par le biais d’une circulaire afin de réunir les objets propres à illustrer l’histoire du travail en France. Des membres correspondants sont également nommés par la Commission de l’histoire du travail afin de servir de relais dans les départements et de signaler les objets intéressants à la Commission. La section française de l’histoire du travail est donc composée des objets extraits de collections particulières et des œuvres prêtées par les églises et cathédrales de France, ainsi que par les musées municipaux et différentes sociétés savantes.

15À leur arrivée sur le Champ de Mars, tous les colis adressés à la commission de l’histoire du travail passent devant un jury d’admission composé de collectionneurs et de savants chargés de l’acceptation ou du refus des œuvres en fonction de deux critères : leur provenance nationale et le fait qu’ils soient véritablement caractéristiques de la production d’une période donnée. Après sélection, 532 collectionneurs exposent environ 20 000 objets dans neuf salles qui occupent près de la moitié de la galerie. Ainsi, si le visiteur débute sa promenade dans le grand vestibule, il parcourt successivement les salles et peut admirer les productions réalisées sur le sol de la France depuis ses origines jusqu’à 1800 avant de passer aux productions des pays étrangers exposées dans l’autre moitié de la galerie. Les gravures parues dans la presse nous donnent un aperçu de ces salles (fig. 3).

Fig 3

Fig 3

Musée rétrospectif, gravure, d’après L’Univers illustré no 665 du 12 octobre 1867

© Photographie de l’auteur, 2011

Les liens avec le Congrès International d’Anthroplogie et d’Archéologie Préhistorique

16Cette exposition rétrospective n’est pas dénuée de liens avec le CIAAP. En septembre 1865, le Congrès Paléoethnologique international est créé sur la proposition de Gabriel de Mortillet lors d’une réunion de la Société Italienne des Sciences naturelles constituée en section spéciale préhistorique. L’archéologie préhistorique n’est donc pas une science en tant que telle. Elle se situe au sein d’une science de l’Homme mêlant sciences naturelles, géologie, anthropologie, archéologie qui émerge à cette époque dans le cadre des Expositions universelles et commence à se spécialiser.

  • 19  Acte de fondation du Congrès, art. 4 : « Il est à désirer que la seconde se tienne à Paris, pendan (...)

17La première session se déroule en 1866 à Neuchâtel, mais dès l’acte de fondation du Congrès, il est prévu que la deuxième session se déroule à Paris en même temps que l’Exposition universelle19. En 1867, parmi les membres du CIAAP, on retrouve les collectionneurs qui ont prêté leurs objets pour l’exposition préhistorique de la Galerie de l’Histoire du travail tels Alexandre Bertrand, l’abbé Bourgeois, Victor Brun, Émile Cartailhac, Jules Desnoyers, Filhol, Édouard Lartet, Adrien de Longpérier, Félix Garrigou, etc. Les mêmes personnalités participent à l’organisation des deux évènements. Ainsi, le Comité d’organisation pour la session de 1867 du CIAAP était composé d’Édouard Lartet (président), Gabriel de Mortillet (secrétaire), Alexandre Bertrand, Jules Desnoyers, Adrien de Longpérier, le Marquis de Vibraye, etc. ; personnes que l’on retrouve soit parmi les membres de la Commission de la Galerie de l’Histoire du travail, soit parmi les membres du jury d’admission de l’histoire du travail pour les œuvres des temps anté-historiques.

18Le deuxième Congrès se tient à Paris du 17 au 30 août 1867 sous la présidence d’Édouard Lartet. À la suite de la séance inaugurale du 17 août, la journée du 18 est consacrée à l’Exposition universelle avec la visite de la Galerie de l’Histoire du travail et l’ouverture d’une momie au Caravansérail égyptien.

La première salle de la Galerie, « la Gaule avant les métaux »

  • 20  Gabriel de Mortillet, Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle, Paris, C. Reinwald, 18 (...)

19Sous la direction d’Édouard Lartet, Gabriel de Mortillet organise la première salle de l’exposition française de l’Histoire du travail qui accueille la section préhistorique. Les Promenades préhistoriques de Gabriel de Mortillet, qui ont pour vocation de constituer « une espèce de guide pour le visiteur20 », nous fournissent de précieux renseignements car il livre une étude de la salle, travée par travée, vitrine par vitrine, décrivant les objets et leur organisation. De grandes armoires-vitrines sont disposées sur le pourtour de la salle et deux vitrines se trouvent au centre. Le côté gauche de la salle ainsi que la première table-vitrine sont consacrés à « la première période de la pierre » et le côté droit ainsi que la deuxième table-vitrine à « la seconde période de la pierre » ou âge de la pierre polie.

  • 21  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 4.
  • 22  Commission Impériale, op. cit. note 5, p. 7.
  • 23  La salle Piette au Musée d’Archéologie Nationale en est un bon exemple toujours visible. Cette sal (...)

20De très nombreux outils d’industrie lithique sont présentés : différents types de silex taillés ainsi que des instruments en os et bois de renne. Dans la première travée sont essentiellement exposés des silex portant la trace du travail de l’homme et ayant été découverts aux côtés de « débris d’animaux d’espèces éteintes21 ». Deux éléments viennent appuyer cette idée selon laquelle l’Homme serait contemporain de grands mammifères aujourd’hui disparus : un fragment de brèche contenant des outils préhistoriques exposé par Édouard Lartet et Henry Christy, ainsi que la présentation, dans la partie haute des vitrines, des restes de ces animaux découverts avec les outils présentés dessous. Lors de l’adoption des divisions de la Galerie, l’idée de cette association de deux types de vestiges est déjà affirmée : « 1re époque. - La Gaule avant l’emploi des métaux. Ustensiles d’os et de pierre, avec les ossements des animaux aujourd’hui disparus du sol de la France, mais trouvés avec ces ustensiles et pouvant indiquer la période à laquelle ceux-ci appartiennent22 ». À l’intérieur de cet ordre chronologique, les objets sont exposés par région et par site (le Moustier, Aurignac, la grotte des Fées à Arcy-sur-Cure, Laugerie-Haute et Laugerie-Basse, etc.). Les objets de petite taille sont disposés par ensembles, sur des cartons. Cette présentation et l’effet de surcharge sont caractéristiques des scénographies de l’époque23.

21Mise en valeur au centre de la salle, comme une sorte d’écrin, se trouve une table-vitrine exposant l’art mobilier de « l’époque du renne ou seconde époque des cavernes », c’est-à-dire du Paléolithique supérieur. Cette vitrine constitue le point d’orgue de la première salle :

  • 24  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 24.

Il y a là cinquante et une pièces des plus curieuses, dont l’ensemble admirable a été estimé un million par un amateur qui l’offrait si on voulait lui céder toute la vitrine. C’est certainement ce qu’il y a de plus original à l’Exposition de 1867 ; jamais rien de pareil n’a été exposé ; jamais ces pièces de découverte toute récente, qui en partie ne sont pas encore publiées, n’avaient été rapprochées les unes des autres24.

  • 25  Il est aujourd’hui conservé au British Museum, inv. Palart.551.
  • 26  Il fait aujourd’hui partie des collections du Muséum National d’Histoire Naturelle, Inv. 38.189.17 (...)

22Elle contient cinquante et une pièces d’art mobilier. Au centre de la vitrine trône l’objet le plus important, argument final venant confirmer et rendre irréfutable le propos de toute la salle : « le mammouth de la Madeleine », une squame d’ivoire fossile sur laquelle est gravé un mammouth (fig. 4 et 5). Cette pièce est emblématique car sa découverte par Édouard Lartet au mois de mai 1864 au gisement de la Madeleine a apporté la preuve irréfutable de la contemporanéité de l’Homme avec les grands mammifères puisque ces derniers ont été représentés par la main de l’Homme, sur un ivoire de mammouth. Il était encadré par deux représentations de mammouth en ronde-bosse : un propulseur sculpté dans une palme de bois de renne25 et la partie supérieure d’un bâton percé figurant une tête de mammouth26. Ces trois mammouths étaient entourés d’objets comportant d’autres animaux gravés ou sculptés (rennes, félins, ours, cerfs, aurochs, chevaux, bouquetins, oiseaux, poissons, reptiles) mais également quelques représentations humaines et des symboles.

Fig 4

Fig 4

Le mammouth de La Madeleine, paléolithique supérieur (30 000-10 000 av. J.‑C.), ivoire, H. 0,106 ; L. 0,25 m – Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 1920-15

© JCDomenech – MNHN

Fig 5

Fig 5

Édouard Lartet, Premier relevé du mammouth de La Madeleine, 1865

© É. Lartet 1865b

  • 27  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 32.

23À l’issue de la visite de cette salle, la contemporanéité de l’Homme et de diverses espèces animales éteintes ne doit plus être sujette à caution. Gabriel de Mortillet conclut son exposé concernant cette vitrine de la manière suivante : « L’homme était donc bien incontestablement le contemporain de ces animaux, dont il utilisait diverses parties et qu’il figurait si exactement. Il ne peut pas y avoir de démonstration plus convaincante27 ! »

Le retentissement sur le public spécialisé, les collectionneurs

  • 28  Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-arts, Paris, Gazette des (...)
  • 29  Gazette des Beaux-Arts, t.  23, 1er décembre 1867, pp. 499-523 : « Les monuments de l’âge de pierr (...)

24La consultation des journaux spécialisés dans les domaines de l’art et de l’archéologie ainsi que des comptes rendus de différentes sociétés archéologiques montre que la Galerie de l’Histoire du travail a eu un retentissement important dans le milieu savant.
La presse spécialisée a servi d’outil de mobilisation puisque l’appel aux collectionneurs a été relayé par ce biais. Ces journaux ont également publié des articles de fond sur la Galerie. La Chronique des arts et de la curiosité du 28 avril 1867 signale l’exposition préhistorique à ses lecteurs dans l’article sur « les salles de l’histoire du travail » : « L’histoire du travail français offre en ce moment plus de six milles objets à la curiosité des amateurs. La salle des objets de l’âge de la pierre est livrée au public et renferme la plus intéressante réunion d’objets en os ou en pierre qui ait jamais été vue. Nous signalerons surtout ceux qui portent des dessins gravés sur la surface28 ». Quant à la Gazette des Beaux-Arts, elle publie une étude des pièces antéhistoriques exposées dans la Galerie dans sa livraison du 1er décembre 186729 et souligne l’importance de cette exposition particulière :

  • 30  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 500.

Ces débris travaillés par la main des premiers hommes, qui nous font pénétrer dans tous les détails de leurs mœurs et de leur existence, tenaient à l’Exposition universelle la place principale dans les galeries de l’histoire du travail. Non seulement dans la section française on y avait réservé une salle à part, arrangée par MM. Lartet et Desnoyers, véritable chef-d’œuvre de disposition méthodique et instructive, mais encore tous les autres pays [...] avaient exposé de riches séries de monuments de l’âge de pierre exhumés de leur propre sol30.

  • 31  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 505.
  • 32  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 506.

25Cette étude donne même lieu à la publication du relevé de différentes pièces d’art mobilier présentées dans la vitrine centrale de la première salle qui sont qualifiées d’« inappréciables spécimens d’un art préhistorique31 ». Parmi elles se trouve bien sûr le « mammouth de la Madeleine » qui « donne la preuve de la contemporanéité de l’homme et de l’éléphant laineux32 ».

  • 33  Bulletin de la Société d’archéologie, sciences, lettres et arts du département de Seine-et- Marne, (...)
  • 34  Bulletin monumental, 4e série, t.  3, v. 33, p. 398.

26Des archéologues appartenant à des Sociétés savantes qui prennent part à l’exposition sont délégués pour visiter la galerie. Cela donne lieu à des comptes-rendus dans les sociétés auxquelles ils appartiennent. Ainsi, au cours de la séance du 4 août 1867 de la Société d’archéologie de Seine-et-Marne, Félix La Joye communique une Note sur l’Exposition universelle (histoire du travail)33. De la même manière, Alphonse le Touzé de Longuemar visitant l’Exposition universelle, il étudie plus particulièrement la Galerie afin d’en rendre compte à la Société des Antiquaires de l’Ouest. Cette galerie archéologique a rencontré un écho tout à fait positif dans le milieu scientifique, comme le montre une chronique du Bulletin monumental : « Les galeries archéologiques de l’Exposition universelle, appelées aussi galeries de l’histoire du travail, sont maintenant parfaitement classées et attirent l’attention de tous les antiquaires34 ».

  • 35  Nils Müller-Scheessel, « Fair Prehistory: archeological exhibits at French Expositions universelle (...)

27Les objectifs qui ont motivé la tenue d’une exposition préhistorique semblent donc atteints. Selon Nils Müller-Scheessel, « Undoubtedly, for the emerging discipline of prehistoric archaeology its strong presence at the Exposition universelle and the attention it received were a success35 ». Cependant, la majeure partie des écrits que nous avons évoqués sont dus à des personnes qui ont été impliquées dans l’organisation de cette Galerie de l’Histoire du travail. L’article de présentation générale de la Galerie paru dans L’Exposition universelle de 1867 illustrée est signé par Edmond du Sommerard, commissaire délégué de la commission de l’histoire du travail. Il reprend donc les termes employés dans l’arrêté du 1er février 1865, ce qui ne permet pas d’appréhender la manière dont la Galerie a été perçue ni de savoir si les objectifs établis à l’origine ont été atteints ; Charles de Linas, auteur de L’Histoire du travail à l’Exposition universelle de 1867, est membre-correspondant de la commission de l’histoire du travail pour la ville d’Arras ; Alphonse le Touzé de Longuemar est membre-correspondant de la commission pour la région de Poitiers ; Gabriel de Mortillet, auteur des Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle, a participé à la mise en place de la première salle et fait partie du jury d’admission des œuvres. Ces incessants recoupements soulèvent la question du véritable impact de la Galerie, au-delà de ce cercle assez restreint.

La réception de l’exposition par le grand public

28L’Exposition universelle tient une grande place dans la presse généraliste, alors que la Galerie de l’Histoire du travail y a trouvé un écho très limité. En effet, dans la plupart des journaux, le musée rétrospectif est totalement absent ou simplement mentionné au sein d’articles très généraux. Dans L’Illustration – Journal universel, hebdomadaire illustré qui accorde une large place à l’Exposition universelle, un seul article étudie la galerie et ne le fait que très partiellement. Dans le numéro du 19 octobre 1867, l’article traitant de l’Exposition universelle aborde trois sujets différents : la section française de la Galerie de l’Histoire du travail (xviiie siècle), les sections autrichienne et suisse de la galerie des machines et les aquariums. Avec un seul article pour ces trois sujets, L’Illustration accorde moins de place à l’histoire du travail qu’à l’ascenseur mécanique ou au grand ballon. La Galerie est placée au même niveau que le marchand de fruits algérien ou le café du caravansérail égyptien !

  • 36  Henri de Parville, Itinéraire dans Paris, précédé de promenades à l’Exposition, Paris, Garnier frè (...)

29L’Exposition universelle a donné lieu à la publication de nombreux guides officieux conçus pour les visiteurs. Ils donnent des renseignements pratiques aux visiteurs et signalent tout ce qui est remarquable et mérite leur attention. La consultation de ces guides conduit aux mêmes conclusions que la lecture de la presse : la Galerie de l’Histoire du travail n’a rencontré qu’un faible écho. Dans la plupart, la Galerie est simplement citée dans l’itinéraire qui énumère les différentes parties du palais. Cependant, ces mentions laissent penser que l’exposition préhistorique a marqué les esprits et que l’idée de progrès des techniques est bien ressortie de l’exposition rétrospective : « On traverse une dernière galerie, réservée aux âges antéhistoriques, aux outils de pierre, de bronze etc., préface bien comprise, placée en tête des autres expositions, et qui montre avant les résultats acquis le point de départ, avant l’industrie contemporaine, l’industrie des premiers hommes36 ».

30La Galerie de l’Histoire du travail n’a donc pas été ignorée du public même si la presse en parle peu. Toutefois, les diverses parties de cette Galerie ont fait l’objet d’une perception différenciée. C’est plutôt la notion de l’objet archéologique comme modèle pour l’industrie d’art moderne qui a été retenue et donc l’idée d’une Galerie utile pour l’industrie contemporaine. Cela explique l’absence de l’archéologie la plus ancienne dans les journaux : l’archéologie préhistorique ne semble pas toucher le grand public alors que ce qui concerne l’orfèvrerie et la céramique rencontre un écho plus important car ces techniques ont un lien avec les productions contemporaines.

La structuration et l’institutionnalisation d’une discipline jeune

31L’archéologie préhistorique ne semble donc pas toucher le « grand public ». Cependant, la consultation des journaux spécialisés dans les domaines de l’art et de l’archéologie ainsi que des comptes-rendus de différentes sociétés archéologiques montre que la Galerie de l’Histoire du travail a eu un retentissement plus important dans le milieu savant. Ainsi, l’exposition se fait l’écho des débats de l’époque mais reste dans le cercle restreint des scientifiques, archéologues.

  • 37  Alphonse le Touzé de Longuemar, « L’archéologie française à l’Exposition de 1867 », Bulletins de l (...)

32Elle va jouer un rôle important de structuration d’une discipline jeune, encore en cours de constitution. Cette exposition a en effet été l’occasion de débats et d’échanges entre pays, entre spécialistes. Ces échanges engendrent des avancées dans le cadre d’une exposition qui permet les comparaisons par une confrontation visuelle induite par l’organisation de la Galerie. Alphonse le Touzé de Longuemar a perçu l’opportunité que présentait une telle réunion d’objets assimilés à des « arguments placés sous leurs yeux37 » et appelle de ses vœux une réunion qui permettrait de progresser dans le domaine récent et encore flou de l’archéologie préhistorique :

  • 38  A. le Touzé de Longuemar, op. cit. note 37.

Et, maintenant que les laborieux et intelligents ordonnateurs de cette encyclopédie de la pierre ont réuni tous les jalons de cette histoire encore obscure des âges primitifs, que les hommes disposés à s’occuper des curieuses questions que soulèvent tant de découvertes récentes se donnent rendez-vous dans ce petit sanctuaire pour discuter les arguments placés sous leurs yeux et tâcher d’arrêter, une fois pour toutes, les limites encore flottantes des périodes antéhistoriques, et de réduire à leur juste valeur les objections que soulèvent toujours à leur début, les données des sciences nouvelles38 !

33La proximité des objets et leur rassemblement dans un lieu est propice à leur étude. La Galerie offre l’occasion de voir en une seule fois des objets habituellement disséminés en France et à l’étranger, tant dans des musées que dans des collections particulières non accessibles au public. La visite de la Galerie de l’Histoire du travail était d’ailleurs au programme du Congrès. Selon le compte rendu de cette deuxième séance du CIAAP rédigé par Louis Lartet, les membres du Congrès ont visité les expositions préhistoriques des différents pays présentés dans la Galerie de l’Histoire du travail agrémentées des explications des personnes qualifiées.

34La Galerie de l’Histoire du travail se situe entre internationalisme et nationalisme : internationalisme par la multiplicité des nations représentées, par la volonté de diversité et de comparaison entre elles ; et nationalisme par la volonté d’exaltation nationale qui a présidé en partie à l’instauration de cette Galerie. L’organisation chronologique des sections nationales du musée rétrospectif permet d’insister sur l’ancienneté de la nation et de ses productions industrielles. Conformément à l’idée de progrès qui domine alors, prouver l’ancienneté de sa maîtrise des techniques industrielles est pour une nation le moyen de revendiquer sa suprématie dans le domaine industriel actuel.

35Par ailleurs, montrer au public cette nouvelle science du passé a été l’occasion pour les chercheurs de structurer, d’organiser ce savoir par la mise en place d’une classification, notamment concernant les périodes préhistoriques et protohistoriques. Cela facilite la circulation des objets et permet donc la connaissance de première main : les spécialistes peuvent voir directement les objets, et établir des comparaisons. Le simple collectionneur du milieu du xixe siècle devient donc un véritable chercheur. Ainsi, l’exposition préhistorique a la même volonté que le CIAAP : faire reconnaître et avancer une discipline nouvellement constituée. Bien que ces enjeux n’aient pas forcément été saisis par le grand public, ces deux évènements concomitants et complémentaires jouent un rôle essentiel à deux échelles : d’une part, en servant à dépasser des réticences nationales et se démarquer d’institutions conservatrices telle l’Académie des Sciences, et d’autre part en promouvant l’institutionnalisation de la préhistoire à l’échelle internationale.

Haut de page

Notes

1  L’Exposition universelle de 1867 a fait l’objet de nombreuses études et publications, dont Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, Les fastes du progrès : le guide des Expositions universelles, 1851-1992, Paris, Flammarion 1992 ; Pascal Ory, Les Expositions universelles de Paris, Paris, Ramsay, 1982 ; Édouard Vasseur, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le “succès” de l’Exposition universelle de 1867 », Histoire, économie et société, 2005, v. 4, pp. 573-594.

2  Marc-Antoine Kaeser, « Une science universelle, ou “éminemment nationale” ? Les congrès internationaux de préhistoire (1865-1912) », Revue germanique internationale, no 12, 2010, p. 17.

3  AN - F/12/11894, v. 1, PV du comité des constructions, 5e séance, 26 juillet 1865.

4  Ibidem.

5  Commission Impériale, Catalogue général, histoire du travail et monuments historiques, Paris, Dentu, 1867, p. 3.

6  Commission Impériale, art. cit. note 5, p. 21 : « Une semblable organisation établissait une différence remarquable avec les expositions dites rétrospectives faites précédemment, soit à Londres, soit à Paris ».

7  Commission Impériale, art. cit. note 5, p. 3

8  Charles de Linas, L’Histoire du travail à l’Exposition universelle de 1867, Paris, Didron, 1867, p. 2.

9  Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe xviiie-xxe siècle. Paris, Éd. du Seuil, 1999, p. 12.

10  Cité par Catherine Granger, L’empereur et les arts, Paris, École des Chartes, 2005, p. 354.

11  Gabriel de Mortillet, le Moniteur de l’archéologue, 1er juillet 1866, t. I, 2e série, p. 12.

12  Son ouverture au public fut effective le 1er mai 1867 et l’inauguration eut lieu le 12 mai.

13  Edmond du Sommerard, « Exposition universelle de 1867 à Paris. Commission de l’Histoire du travail. Rapport de M. E. du Sommerard », dans Exposition universelle de 1867 à Paris : rapports du jury international, publiés sous la direction de M. Michel Chevalier, Paris, 1868, t. I, p. 140.

14  Nom donné à la première section du jury d’admission de la Galerie de l’Histoire du travail.

15  Gabriel de Mortillet dans Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, v. 1, septembre - octobre 1864, introduction, p. 9.

16  Voir Arnaud Hurel, Noël Coye (dir), Dans l’épaisseur de temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris, 2011, Muséum national d’histoire naturelle.

17  G. de Mortillet, op. cit. note 15, v. 1, juin 1865, p. 451.

18  Marquis Léon de Laborde, AMN, XU 1867, carton II, PV de la Commission de l’Histoire du travail, séance du 22 janvier 1867.

19  Acte de fondation du Congrès, art. 4 : « Il est à désirer que la seconde se tienne à Paris, pendant l’Exposition universelle de 1867. »

20  Gabriel de Mortillet, Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle, Paris, C. Reinwald, 1867, p. 1.

21  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 4.

22  Commission Impériale, op. cit. note 5, p. 7.

23  La salle Piette au Musée d’Archéologie Nationale en est un bon exemple toujours visible. Cette salle conçue par Édouard Piette au tout début du xxe siècle a été restaurée entre 2005 et 2008 mais elle a conservé sa muséographie d’origine.

24  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 24.

25  Il est aujourd’hui conservé au British Museum, inv. Palart.551.

26  Il fait aujourd’hui partie des collections du Muséum National d’Histoire Naturelle, Inv. 38.189.1730.

27  G. de Mortillet, op. cit. note 20, p. 32.

28  Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-arts, Paris, Gazette des beaux-arts, no 182, 28 avril 1867, p. 132.

29  Gazette des Beaux-Arts, t.  23, 1er décembre 1867, pp. 499-523 : « Les monuments de l’âge de pierre ».

30  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 500.

31  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 505.

32  Gazette des Beaux-Arts, art.  cit. note 29, p. 506.

33  Bulletin de la Société d’archéologie, sciences, lettres et arts du département de Seine-et- Marne, 5e année (1868), p. 132.

34  Bulletin monumental, 4e série, t.  3, v. 33, p. 398.

35  Nils Müller-Scheessel, « Fair Prehistory: archeological exhibits at French Expositions universelles », Antiquity, v. 75, no 288, 2001, p. 392 : « Indubitablement, la forte présence de l’archéologie préhistorique – discipline émergente – à l’Exposition universelle et l’attention qu’elle a reçu ont été un succès ».

36  Henri de Parville, Itinéraire dans Paris, précédé de promenades à l’Exposition, Paris, Garnier frères, 1867, p. 15.

37  Alphonse le Touzé de Longuemar, « L’archéologie française à l’Exposition de 1867 », Bulletins de la société des antiquaires de l’Ouest, 1re série, t.  11, 1865-1867, p. 486.

38  A. le Touzé de Longuemar, op. cit. note 37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1
Légende Vue officielle à vol d’oiseau de l’Exposition universelle de 1867 – vue générale prise des Hauteurs du Trocadéro, 1867
Crédits © Domaine public, Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D C. http://loc.gov/​pictures/​resource/​pga.02412/​
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig 2
Légende Plan de la Galerie de l’histoire du travail – plan du palais daté du 1er juillet 1865, détail, Paris – Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales F/12/3131
Crédits © Photographie de l’auteur, 2011
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig 3
Légende Musée rétrospectif, gravure, d’après L’Univers illustré no 665 du 12 octobre 1867
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig 4
Légende Le mammouth de La Madeleine, paléolithique supérieur (30 000-10 000 av. J.‑C.), ivoire, H. 0,106 ; L. 0,25 m – Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 1920-15
Crédits © JCDomenech – MNHN
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Fig 5
Légende Édouard Lartet, Premier relevé du mammouth de La Madeleine, 1865
Crédits © É. Lartet 1865b
URL http://cel.revues.org/docannexe/image/470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Quiblier, « L’exposition préhistorique de la Galerie de l’Histoire du travail en 1867. Organisation, réception et impacts », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cel.revues.org/470 ; DOI : 10.4000/cel.470

Haut de page

Auteur

Charlotte Quiblier

Charlotte Quiblier est diplômée de lettres classiques (licence) et ancienne élève de l’École du Louvre (1er et 2e cycles). Dans le cadre de son master de muséologie, elle est l’auteur d’un mémoire sur l’archéologie à l’Exposition universelle de 1867. Elle travaille actuellement au sein de l’équipe chargée du projet de rénovation du musée de l’Homme en tant que conceptrice d’exposition.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de l'École du Louvre sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo École du Louvre
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo heSam - hautes écoles Sorbonne arts et métiers
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org