Navigation – Plan du site

Editorial

Collectif

Texte intégral

1Dans le cadre de la thématique de recherche définie par l’École du Louvre sous le titre « Muséologie et patrimoine : lieux, objets, méthodes », et de l’axe développé par le séminaire doctoral, « La qualification de l’objet », l’Équipe de recherche ouvre un premier programme d’enquêtes : L’atelier de l’histoire de l’art. De la collecte aux humanités numériques.

2La problématique proposée privilégie, tout en n’excluant pas les travaux sur des « originaux », l’approche des « documents » ; c’est-à-dire des copies, moulages, reproductions sur tout support, photos qui, au départ dans l’atelier de l’artiste ou de l’historien (appellation qui englobe toute activité historicisante), n’ont de valeur que documentaire ou pédagogique, sans bénéficier de l’aura de l’œuvre originale.

3La révolution numérique permet de combiner quatre niveaux d’approches complémentaires à cette question des instruments (pris au sens matériel comme intellectuel), des matériaux et des procédures que manie l’artiste ou l’historien :

  • L’analyse des démarches historiographique, prosopographique, classificatoire, pédagogique, etc. induites par le maniement de ces matériaux et leurs combinaisons au sein de recueils ou collections ;

  • L’étude intrinsèque des objets constitutifs de ces collections, objets aux qualifications mouvantes, déjà patrimonialisés ou patrimonialisables, qu’il convient aussi d’envisager dans leur matérialité (et conservation), leur authenticité (original, copie, faux, fragmentation…) et leur organisation propre ;

  • La prise en considération de ce que Christian Jacob appelle les « Lieux de savoir » au sens bien sûr des cadres physiques du travail, mais aussi des « communautés » savantes : pour nous, l’atelier de l’artiste, le musée, la photothèque, la bibliothèque, l’« atelier » de l’historien, l’amphithéâtre… mais aussi les réseaux savants ;

  • La constitution de nouveaux ensembles – rendus possibles par la numérisation et accessibles par l’intermédiaire des bases de données – qui redonnent vie et sens à ces collections, les rendent à nouveau maîtrisables et opérationnelles.

4Aussi parallèlement à la patrimonialisation de ces collections et à la compréhension des procédures qu’elles soutenaient, la réactivation de leurs usages permet de recontextualiser le travail de l’historien dans l’étude de l’œuvre ou l’élaboration de ses classifications et catégories. Cela éclairera indéniablement la manière dont on a écrit l’histoire de l’art, mais un autre enjeu majeur tient à l’actualisation des savoirs inscrits dans ces ensembles et à leur accessibilité.

5En ouverture de sa deuxième livraison et comme une étape inaugurale au nouveau programme de recherche, les Cahiers de l’Ecole du Louvre proposent avec la « Leçon d’introduction au séminaire doctoral d’histoire de l’art appliquée aux collections » de Dominique Jarrassé, une réflexion convoquant historiens de l’art, anthropologues, sociologues, philosophes et ethnologues, sur les processus de qualification de l’objet et sur les questions inhérentes au changement de statut de l’objet en objet d’étude. Six jeunes chercheurs développent également des enquêtes aussi variées par les sujets abordés que par les méthodes mises en œuvre. Des textiles de l’Égypte copte du ive siècle à la photographie au xxe siècle, ils livrent leurs découvertes iconographiques, offrent de nouveaux éclairages sur des personnalités artistiques influentes ou présentent des études plus théoriques sur les enjeux actuels des dispositifs d’exposition et la question des champs et des catégories en histoire de l’art contemporain.

6Pour une meilleure visibilité de la recherche à l’École du Louvre, une nouvelle rubrique intitulée « Dépôt de sujets des thèses de troisième cycle » est désormais accessible en ligne.

L’équipe de recherche

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Collectif, « Editorial », Les Cahiers de l’École du Louvre [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cel.revues.org/522

Haut de page

Auteur

Collectif

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de l'École du Louvre sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo École du Louvre
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo heSam - hautes écoles Sorbonne arts et métiers
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org